Je gebruikt Internet Explorer. Deze site werkt het best op een recentere browser zoals Chrome, Firefox of Safari. Lees hier meer

Ouvert aujourd’hui de 10:00 à 18:00
préparez votre visite
Animaux sur mesure header
PRESSE

Animaux sur mesure

Design entre l’homme et l’animal

Élevage industriel ou viande de laboratoire ? Animaux de compagnie à câliner ou robots en forme d’animaux ? La relation entre les animaux et les êtres humains est complexe et pleine de contradictions. D'une part, nos animaux de compagnie sont gâtés et nous avons une vision idéalisée du monde animal. D'autre part, les animaux situés hors de notre champ de vision sont souvent traités avec cruauté dans les abattoirs, les laboratoires et lors des transports. À partir du 17 mai, Animaux sur mesure se met en quête du juste équilibre entre affection, respect et exploitation. Une exposition placée sous le thème design et société, avec laquelle Design Museum Gent entend donner une impulsion à la réflexion sur le futur de la relation homme-animal.

Les premiers pétroglyphes témoignent déjà de la fascination de l’homme pour le règne animal. Cependant, nous avons également toujours ressenti une forte propension à exploiter les animaux pour notre propre bénéfice : tout d’abord pour la viande et la peau puis, très vite, dans les arènes de combat, les zoos et sur les champs de bataille. Dans l’intervalle, nous trouvons normal que les animaux soient des objets d’expérimentation dans les laboratoires médicaux, participent à des concours de beauté et nous tiennent compagnie. Mais que se passerait-il si nous allions encore plus loin dans la manipulation d’animaux afin de les utiliser en tant que donneurs d’organes ou de les cultiver artificiellement dans des laboratoires ? Peut-on du reste encore parler d’animaux ? L’écart énorme entre les discussions sur la manière de traiter les animaux et les changements qui se produisent réellement montre à quel point il nous est difficile de définir la relation entre l’homme et l’animal.

Ce champ de tension offre différents points de départ aux designers. Dans les trois sections d’Animaux sur mesure, les concepteurs étudient le degré acceptable de manipulation et présentent quelques prospectives sur les rapports entre humains et animaux.

L’homme est-il supérieur aux animaux ? Êtes-vous vous-même un animal ? Votre meilleur ami est-il votre animal de compagnie ?

Cochons d’Inde coiffés

Thalia-de-Jong-Golden-Boy

La section Compagnons et homologues se penche sur les animaux de salon. Des cadeaux d’anniversaire aux wellness farms en passant par la chirurgie cosmétique, l’industrie des animaux de compagnie est en plein essor. Sans tenir compte de leur comportement naturel, les animaux sont considérés comme des jouets sur lesquels les humains projettent leurs besoins. Dans son installation vidéo Golden Boy, Thalia de Jong montre par exemple le cochon d’Inde du même nom coiffé sur un plateau. L’installation miroir Architecture for Dogs: Paramount du designer Konstantin Grcic offre la scène parfaite à des caniches – bien que les chiens ne reconnaissent pas leur propre reflet. D’autre part, nombreux sont ceux qui aspirent à un retour à la nature et l’animalité. Dans GoatMan. A Holiday from Being Human, le designer britannique Thomas Thwaites passe quelques jours dans les Alpes en tant que chèvre afin de se libérer des obsessions humaines, comme la recherche constante du progrès et la réflexion sur ses propres actes.

Pourquoi mange-t-on de la vache et pas du chien ? Mangeriez-vous de la viande cultivée ? Y a-t-il encore des animaux sauvages ?

Viande en boîte de Pétri

La deuxième section, Ressources et alternatives, porte sur la façon dont nous traitons les animaux en tant que source de matières premières. Des éléments d’origine animale interviennent dans la fabrication de pratiquement tous les produits. Le fait que les animaux semblent indispensables génère de plus en plus de conflits éthiques, écologiques et économiques. Dans son Handbook of Tyranny, Theo Deutinger documente par exemple les atrocités quotidiennes et traduit notamment l’expertise du zoologiste Temple Grandin en infographies détaillées. Son projet d’abattoir aux murs sinueux et insonorisés offre aux animaux de boucherie davantage de dignité en veillant à ce qu’ils marchent dans une seule direction et ne voient pas leurs congénères abattus. En réaction au débat croissant sur la viande, l’industrie alimentaire tente de remplacer les produits carnés par des alternatives végétariennes et vegan, voire des insectes et de la viande in vitro. Chez Bistro In Vitro, vous pouvez déjà réserver votre table dans un restaurant de viande de laboratoire pour 2028.

Next-Nature-Network-Bistro-In-Vitro-Meat-the-Future-project
Peut-on manipuler les animaux ? Vous sentez-vous responsable des espèces animales disparues ? Les animaux modifiés vous inspirent-ils confiance ?

Poulets sans plumes

Tiger-Penis-Project-detail-photo-Ronald-Smits

Et si nous allions encore plus loin ? La dernière section, Optimisation et visions de l’avenir, se penche sur les interventions humaines dans le monde animal et développe des scénarios alternatifs pour le futur. Des publications sensationnelles à propos de poissons d’ornement lumineux ou de poulets sans plumes peuvent sembler de la science-fiction, mais les résultats des recherches sont loin de rester confinés au laboratoire, ce qu’a prouvé l’actrice Barbra Streisand en faisant cloner son chien décédé. Bien que le recodage génétique promette de nombreux effets positifs, la question reste de savoir jusqu’où nous voulons aller. Par exemple, voulons-nous manger de la viande ou des œufs du Fool’s Fowl, le poulet minimal de Pinar Yoldas dépouillé de tous ses membres et organes ‘superflus’ ? Ou porter des chaussures faites à partir de peaux de raies pastenagues génétiquement modifiées de la start-up fictive Rayfish Footwear de Next Nature Network ? En Chine, la forte demande de parties d’animaux sauvages dans la médecine traditionnelle chinoise représente un réel danger pour des espèces déjà menacées. Le Tiger Penis Project de Kuang-Yi Ku propose d’utiliser les nouveaux développements en biotechnologie afin de remplacer les parties animales, comme le pénis du tigre, par des éléments artificiels.

Développé en collaboration avec l’Université de Gand, l’espace recherche fournit aux visiteurs davantage d’informations concernant certains cas contemporains, comme la race bovine blanc bleu belge.

Cette exposition a été créée par le musée Marta Herford en collaboration avec la designer et commissaire Tanja Seiner et sur la base de son idée. L'exposition à Design Museum Gent a été complétée par une sélection de nouvelles œuvres curées par Evelien Bracke.

Designers et artistes participants

Martin Avila, BLESS, Melanie Bonajo, Karin Borghouts, The Center for Genomic Gastronomy, Kurzgesagt - Ina Nutshell, Center for PostNatural History (Richard Pell), Marcus Coates, Thalia de Jong, Theo Deutinger, Aleksandra Domanovié, Konstantin Grcic, The Hercules and Leo Case, Christine Herdin/Katharina Wahl, Marlène Huissoud, Max Kosoric/Sanne Pawelzyk, Silvia Knüppel, Kuang-Yi Ku, Dietrich Luft, Lisa Ma, Christien Meindertsma, Next Nature Network, Thomas Pausz, Ana Rajcevic, Veronica Ranner, Andrea Roe / Cath Keay, Peter Schäfer, Johanna Schmeer, Basse Stittgen, Susana Soares, Sputniko, threeASFOUR, Thomas Thwaites, Koen Vanmechelen, Marije Vogelzang, Chris Woebken, Pinar Yoldas

Dietrich-Luft-Purrrr

Catalogue

Prix : 20 €
Taille : 12,4 cm x 19 cm
208 pages
Éditeur : Kerber Verlag
Langue : néerlandais et anglais

Infos pratiques

Animaux sur mesure. Design entre l’homme et l’animal
17.05.2019 – 29.09.2019
Entrée: € 8 / € 6 / € 2

Ouvert tous les jours de la semaine de 9:30 à 17:30
Ouvert le week-end, les jours fériés et pendant les vacances scolaires de 10:00 à 18:00
Fermé le mercredi

Plus d’information presse et ou matériel visuel (non destiné à la publication)

Sandra Plasschaert
Cats Communication
Press & PR

+32 479 35 10 39
sandra@catscommunication.be


Simon Adriaensen

Design Museum Gent

Communication

+32 9 323 64 88
simon.adriaensen@stad.gent