Je gebruikt Internet Explorer. Deze site werkt het best op een recentere browser zoals Chrome, Firefox of Safari. Lees hier meer

Ouvert aujourd’hui de 9:30 à 17:30
préparez votre visite
Expo
5.07 Flag icon
12.10.2014

No Design to Waste

Out to Sea? The Plastic Garbage Project


Le plastique, un matériau éternel ? Depuis le début du vingtième siècle, ce matériau à base de pétrole a fait une tournée triomphale à travers le monde de la consommation. Bon marché, facile à produire, le plastique peut en plus posséder toutes les propriétés souhaitées. À l’échelle mondiale, actuellement huit tonnes de plastique sont produites par seconde. Mais que deviennent tous ces produits en plastique une fois leur cycle de vie terminé ?

Depuis le moment où les masses de produits en plastique facilitent notre vie, les mers se sont peu à peu transformées en une gigantesque soupe de plastique. Chaque année, 6.4 tonnes métriques entrent dans les océans, dont quatre-vingts pour cent dérivent de la terre. Le plastique ordinaire n’étant pas biodégradable, il se décompose en des fragments toujours plus petits qui finissent par entrer dans la chaîne alimentaire. Ainsi, nos déchets finissent sur nos assiettes.

L’exposition Out to Sea? The Plastic Garbage Project, conçue par le Museum für Gestaltung Zürich, examine dans la première section Le plastique dans la mer, de près le divers composants de cette ‘soupe de plastique’ peu appétissante. La section « Le plastique dans la vie quotidienne » explique d’une manière claire et accessible la composition, l’utilisation et la durée de vie des plastiques. 

C’est toute une histoire édifiante que Design Museum Gent, d’une manière tout aussi ludique que pénétrante, enrichit d’une bonne portion de design plein d’espoir, allant du recyclage par l’upcyclage à l’éco design. Nous avons conçu cette exposition comme une question conflictuelle, sans pour autant imposer une réponse concluante. Faut-il absolument produire tant de plastiques ? Existe-t-il des alternatives pour le design en plastique ? Peut-on donner une nouvelle vie aux débris plastiques ? Ou est-ce que le plastique constitue malgré tout un matériaux approprié ? Il va sans dire que la conception de cette exposition ne pouvait être qu’écologique. L’infrastructure est faite de déchets. Les imprimés et les textes d’exposition ont été imprimés sur du papier recyclé et, dans la mesure du possible, avec des encres d’origine végétale. Voilà qui est propre !